Le Rootstech de Londres 2019 comme si vous y étiez – Jour 2

Photos Laurie Bastard

Voilà maintenant une semaine que le Rootstech de Londres a eu lieu. Vous vous demandez peut-être pourquoi cet article n’est pas paru plus tôt ? Sachez que Laurie, notre envoyée spéciale sur place a vécu quelques mésaventures qui l’ont empêché de rentrer en France à la date prévue, ce qui par la force des choses a retardé la publication de cet article. Maintenant que tout est rentré dans l’ordre, apprécions le retour d’expérience de Laurie à propos de son deuxième jour au Rootstech de Londres.

Conférence et rencontre avec les conférenciers


C’est avec impatience que je me rends sur les lieux pour assister à une conférence qui s’intitule « A day in the life of an Ancestry ProGenealogist ». Quatre généalogistes travaillant chez Ancestry, Joe Buggy, Celia Heritage, Ursula Krause et Janette Silverman, y ont été interviewés. Ainsi, ils ont raconté le quotidien de leur vie professionnelle, mais aussi leurs parcours et l’origine de cette vocation.

Ce fut très instructif, je suis également allée leur poser des questions et discuter avec eux sur leur stand. Ils m’ont donné de nombreux conseils et des pistes à étudier pour me lancer en tant que professionnelle à mon tour.


Une autre vision de la généalogie


A la fin de la conférence, j’ai voulu aller prendre un petit déjeuner, puis j’ai commencé à apercevoir des gens en cosplay un peu partout. En effet, le bâtiment où a lieu le Rootstech est partagé en deux aujourd’hui pour accueillir un Comic Con !

Pour l’occasion des généalogies des personnages d’Harry Potter, des Simpsons ou encore de Star Wars ont été exposés. J’en ai profité pour prendre des photos avec les costumes de mes personnages de manga et jeux vidéos préférés.


Les jeunes et la généalogie


J’ai croisé d’autres jeunes venus pour le Rootstech qui comme moi, ont fait une petite pause pour admirer les costumes. J’ai profité de l’occasion pour leur parler du groupe Facebook « Jeunes Généalogistes », afin de leur montrer que nous sommes de plus en plus nombreux à avoir la même passion.


Des activités ludiques proposées aux généalogistes


Après ce petit intermède, je suis retournée explorer les stands. J’ai essayé les activités proposées sur les stands Familysearch. Sur des ordinateurs, il était possible de se connecter à son compte et d’essayer les jeux auxquels vous pouvez également jouer depuis chez vous tels que les évènements qui ont eu lieu l’année de votre naissance, ou encore votre pourcentage de ressemblance avec des célébrités (33% de ressemblance avec la reine d’Angleterre pour ma part x)).

Il y avait également des marelles, un babyfoot et des jeux de tirs disponibles sur le stand. Mais mon activité favorite, fut l’écran vert grâce auquel il était possible de se prendre en photo avec le fond de son choix puis de recevoir le résultat par email. Il y avait beaucoup de choix ! Cela allait des paysages de films tels que Harry Potter, le Seigneur des anneaux ou encore Star Wars, à des lieux et des temples célèbres dans de multiples pays !


Bonbons et ADN


Sur un autre de leur stand, on pouvait pratiquer une expérience gourmande pour comprendre de quel mélange d’ADN nous sommes issus.

Sur un grand panneau, était représentés nos grands-parents, nos parents, puis nous-même. Chacun de nos ancêtres étant représentés par une couleur de bonbon différente. En appuyant sur un bouton, on activait un mélange aléatoire de ces bonbons qui atterrissaient dans un gobelet (et que l’on pouvait garder, miam !).

Cela permet d’expliquer par exemple, pourquoi des frères et sœurs héritent des mêmes gênes, mais à des pourcentages différents, ce qui explique qu’ils sont chacun issus d’un mélange d’ADN qui leur est propre. Pour revenir sur les bonbons il y en avait sur la plupart des stands, et comme ils étaient différents que ceux que l’on trouve en France j’étais très curieuse et heureuse de pouvoir les goûter. Si vous avez l’occasion de passez par l’Angleterre, je vous recommande de goûter les « jelly beans » !

Voir la démonstration en vidéo ici


Les stands francophone et européen


J’ai ensuite croisé d’autres stands francophones tels que Patronomia, qui permet de créer livre de généalogie, avec son arbre en ligne, sur Geneanet par exemple, ou encore celui d’une généalogiste belge adorable, Liliane Hierro, qui m’a accompagné pour me permettre de rencontrer Sophie Boudarel, une généalogiste française qui m’a beaucoup conseillé sur comment se lancer dans la profession.

J’ai également assisté à une de ses conférences l’après-midi, où elle recommandait des méthodes et sites internets pour organiser ses recherches et sa veille. J’ai découvert de nouveaux outils pour organiser mes pratiques numériques tels que Feedly, Pocket ou Buffer.

Je me suis ensuite rendu à une conférence de Yolanda Gonzalez Camacho qui présentait différents centres d’archives et sites internet espagnols et les différents types d’archives qu’on pouvait y trouver. C’était très intéressant car je ne connaissais aucunes des sources qu’elle a mentionnées donc j’ai désormais de nombreuses données à exploiter pour mes futures recherches.


A la fin de la journée, un repas francophone a été organisé. J’y ai fait d’excellentes rencontres, dont Marine Soulas, la bloggeuse qui m’a permis de gagner le pass pour le Rootstech. Ce fut très agréable et enrichissant de pouvoir échanger avec autant de passionnés de généalogie. La journée dans sa globalité fût très instructive et riche en belles rencontres. J’étais très impatiente de me rendre au troisième jour du Rootstech, mais j’ai hélas perdu mes papiers d’identité et j’ai dû consacrer la journée à ces recherches.


Retour en image sur le Rootstech de Londres


Le story graffiti all du Rootstech de Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.