Le Rootstech 2019 de Londres comme si vous y étiez – Jour 1

Photo Jean-Luc Magré

Actuellement se déroule à Londres pendant trois jours le Rootstech, le rendez-vous de référence des généalogistes en Europe et dans le monde. Pour cette première édition européenne, GeneAgenda, vous permet de vivre cet événements majeur de la généalogie comme si vous y étiez.

En effet, Laurie Bastard (Archiv’Âge), l’envoyée spéciale de GeneAgenda sur place, nous partage pendant toute la durée du salon son retour d’expérience en temps que visiteur.

Retour sur le 1er jour du Rootstech de Londres


Avant tout, je tiens à remercier la page facebook « Dans les Branches • Généalogie » pour avoir organiser un concours qui m’a permis de gagner un pass de 3 jours pour le Rootstech. Encore merci, l’énigme posée était vraiment intéressante et j’ai pris beaucoup de plaisir à y participer !

Le grand jour est arrivé, je m’empresse de prendre la ligne « DLR » du métro londonien pour aller au Rootstech. Lorsque je suis sortie de la rame qui m’a transporté, j’ai déjà pu repérer les membres de l’équipe du Rootstech avec un t-shirt bleu sur lequel est inscrit « ask me anything » (demandez moi n’importe quoi). Et c’est vrai ! ils étaient tous très accueillants, ont répondu avec le sourire à toutes mes questions et ils m’ont permis d’arriver à l’heure aux conférences qui m’intéressaient en m’indiquant les salles !

De plus, ils distribuaient à tous les participants de jolis sacs à l’effigie du Rootstech avec pleins de documents utiles rangés à l’intérieur, comme des informations sur les conférences et les stands. C’est donc armée d’un chouette petit sac que je me suis rendue sur les stands.


La découverte des stands


J’ai commencé par flâner et regarder tranquillement les différents stands, tout en restant un petit peu en retrait, un peu stressée par la barrière de langue. Lorsque je suis passée devant le stand « The family history guide », les intervenants du stand m’ont abordé chaleureusement pour me présenter leur site internet, et je les en remercie ! Ils m’ont permis de faire une chouette découverte.

En effet, ils ont réalisé que lorsque les gens commencent à faire leur généalogie, ils se posent souvent les mêmes questions, et donc que cela pourrait être plus simple pour eux de leur proposer un site pouvant les aider. ainsi on peut retrouver de nombreuses informations concernant des sites de généalogie tels que Familysearch, MyHeritage, Findmypast ou Ancestry. Mais ils ne se sont pas limités à tous ceux-là, mon grand coup de cœur, c’est pour la rubrique « Activities » dans la quelle ils suggèrent des activités autour de la généalogie à faire seul ou en famille !

Le tout accompagné de petite vidéos afin d’imager leurs propos. Je recommande vivement ce site, qui est également disponible en français, et je ne vous en dit pas plus pour vous laisser le plaisir d’être agréablement surpris en le visitant.


Se former en généalogie


Après un aussi bel accueil sur ce stand, j’avais beaucoup moins d’appréhension à aborder les différents intervenants présents. J’ai ainsi pu découvrir qu’il existe de nombreux diplômes de généalogie en Angletterre, la plupart d’entre eux sont dispensés par « the university of Dundee », « the school of family history » et « the university of Strathclyde ».

J’ai été très surprise de voir par exemple des masters en généalogie, pourquoi n’a-t-on pas l’équivalent en France ?! Néanmoins, cela à un prix, ces formations sont payantes pour la plupart, mais j’ai réussi à repérer un MOOC qui a l’air chouette (pour rappel, c’est gratuit de s’inscrire à un MOOC 😉 ). Il est dispensé par « the university of Strathclyde » et plus précisément par son « Centre for Lifelong Learning », et il s’intitule « Genealogy : Researching your family tree ».


Les tests récréatifs


J’ai également croisé de nombreux stands de marque proposant des tests ADN, ils proposaient de nombreuses réductions si on en achète un sur place. C’était vraiment tentant, mais quand je me rappelle que je risque 3750 euros d’amende si j’en fait un, je préfère éviter, d’autant plus que dernièrement la loi en France s’est durci, notamment à propos des publicités sur ce type de tests, c’est pourquoi je n’ai pas mentionné les noms de ces stands, mais vous pouvez les retrouver très facilement sur le site du Rootstech dans la liste des stands si vous souhaitez approfondir le sujet.

Pour résumer cette matinée, j’ai tellement bavardé sur les stands au fil de mes découvertes que j’ai loupé les conférences qui m’intéressaient. Après ce terrible (mais pas regrettable vu les belles rencontres que j’ai faite) constat, je me suis empressée d’aller manger pour ne pas louper les suivantes !


Une petite pause !


Le choix était très varié sur place et les prix plutôt abordables, en moyenne un plat était autour des 7 livres. L’ambiance était très conviviale j’ai rencontré pendant mon repas des londoniens et un couple de néerlandais adorable.


Les conférences


Une fois rassasiée, je suis allée assister à une conférence qui expliquait comment rechercher ses ancêtres canadiens.

A mon grand désespoir, il était interdit d’enregistrer la conférence, donc ma prise de notes en a un peu souffert, mais les photos étaient autorisées heureusement. Ce fût très instructif, même si par moment je n’ai pas toujours compris certains mots de vocabulaire un petit peu spécifique.

J’ai ensuite assisté à une conférence qui donnait des conseils pour donner envie aux jeunes de faire de la généalogie, parmi les nombreux conseils dispensés par Simon Gibson, il y en a un que je compte mettre en application dès le deuxième jour du Rootstech, c’est de privilégier les vidéos aux documents écrits. Je vais donc faire des petites vidéos pour tenter de transmettre ma passion à d’autres jeunes pendant ma visite du Rootstech.


La french touch


Après avoir passé une bonne partie de la journée à parler anglais, je me suis dit qu’il été temps de faire une petite pause. Je suis donc allée à la rencontre de stands francophones. J’ai ainsi pu rencontrer des membres de la Fédération Française de Généalogie avec lesquels j’ai eu de passionnantes conversations sur ….. Je vous laisse deviner…. La généalogie !

Ce fût très agréable de pouvoir parler français et de rencontrer des personnes aussi investis et motivés par leur travail ! J’ai également eu la surprise de rencontrer d’autres francophones sur le stand de Familysearch qui m’ont conseillé et renseigné sur le fonctionnement du site.


L’application mobile


Je vous ai parlé de l’équipe, des stands, des conférences, mais j’ai oublié un détail important, l’application du Rootstech !

Et oui, disponible sur mobile, elle permet d’organiser son emploi du temps, ses conférences, … En parlant d’application, cette dernière agit de concert avec celle de familysearch en permettant de savoir si l’on a des cousins présents au Rootstech !


La découverte d’un cousin


J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer un de mes cousins au 8ème degré. On a pu échanger nos coordonnées ainsi que de nombreuses informations complémentaires sur nos ancêtres en commun.

Il a également eu la surprise de constater, après 6 ans de mariage avec sa femme, qu’ils étaient cousins au 9ème degré ! Comme quoi la généalogie réserve toujours bien des surprises ^^.

Ainsi c’est sur cette petite anecdote rigolote que je conclus cette première journée, riche en découvertes et en émotions ! À demain…