Le courrier d’un râleur

Ce mois-ci nous avons décidé de publier le courrier reçu d’un Président d’association généalogique, qui critique vertement l’initiative de GénéAgenda.
Mr Alfred RUMO, Président de l’AGDPI (Association Généalogique des descendants de Pêcheurs d’Islande), trouve notre site totalement inutile, et notre initiative plus que douteuse.
Nous avons décidé de publier (avec son accord) les éléments les plus pertinents de sa réflexion et d’y répondre point par point :

– « Vous mentionnez que votre site est fondé sur un concept nouveau, ce qui est faux car depuis longtemps plusieurs médias annoncent des salons
Oui, Mr RUMO, vous avez entièrement raison ! Depuis longtemps des revues (telles la Revue Française de Généalogie ou Votre Généalogie) ou des sites internet (comme Généanet ou celui de Fédération Française de Généalogie) annoncent des événements généalogiques.
A la différence près que sur Généagenda, nous ne faisons que ça : la publication des événements généalogiques est l’unique activité de notre site. Nous annonçons toutes les manifestations généalogiques, quelques soient les associations organisatrices, et notre spécialisation nous permet de donner un maximum d’informations sur l’événement, le plus en amont possible (il est même déjà arrivé que nous annoncions un événement avant même que celui-ci ne germe dans la tête de l’organisateur!).

– « La gratuité de votre site est suspecte et cache forcément des coûts cachés »
Vous avez totalement raison Mr RUMO : aujourd’hui, une activité gratuite est suspecte, car tout a un coût et le modèle du « tout gratuit » est bien souvent une chimère.
Car oui, Généagenda a un coût : l’achat du nom de domaine (.org), la location chez l’hébergeur, l’impression des flyers, et bien évidement le temps incalculable passé à publier des annonces, animer le site et répondre aux lecteurs…
Pour autant, nous avons fait le choix de ne rien répercuter sur les utilisateurs de notre site et ne faire payer aucun de nos services : la publication d’une annonce est gratuite, sa lecture aussi, de même que l’abonnement aux lettres d’informations.
Nous avons bien conscience que ce modèle puisse être choquant aux yeux de bon nombre. C’est un peu comme si les membres d’une association généalogique donnaient gratuitement de leur temps pour faire des relevés (par exemple) et payaient en plus une cotisation à leur association, voire dans certains cas, payaient pour recevoir la revue interne. Nous partageons votre avis, il y a là motif à scandale !

– « Un site bien fait comme le vôtre, mais gratuit, c’est louche »
Merci Mr RUMO pour ces compliments, ce sont d’ailleurs les seuls qui vous ayez émis à notre propos.
Nous avons conçu GénéAgenda pour qu’il soit le plus fonctionnel possible, sans être compliqué d’utilisation. Les événements généalogiques sont annoncés dans l’agenda en page d’accueil, et vous pouvez aussi faire une recherche géographique (via la carte de France) ou par le menu déroulant des régions.
Nous apportons des nouvelles fonctionnalités régulièrement pour améliorer le site, et nous ne doutons pas qu’il soit encore plus fonctionnel et utile dans les mois à venir.
Pour autant, à ceux qui, comme vous, doutez de la gratuité de ces services de qualité, nous acceptons les dons car il est bien connu que l’on en a en général pour son argent. Plus votre don sera conséquent, meilleure sera votre navigation sur le site !

– « Je n’ai pas besoin de vous pour faire ma publicité »
C’est vrai que Généagenda n’est pas indispensable : il y a eu des centaines de salons avant la création de notre site !
D’ailleurs, certaines associations ne publient pas leurs événements sur GénéAgenda, et rencontrent un vif succès. Je vous le concède, c’est bien la preuve que GénéAgenda ne sert à rien !
Pour autant, faites un test Mr RUMO : tapez le nom d’un salon de généalogie qui s’est déroulé sur les 6 derniers mois ! Si vous ne trouvez pas une ligne de référencement Google de cet événement pointant vers notre site Généagenda, je prends l’engagement de vous offrir un abonnement gratuit à vie à notre Lettre d’Informations (qui par ailleurs n’est pas payante) !

– « Les salons bondés de monde ne nous intéresse pas : nous préférons rester en petit comité ! »
Là aussi Mr RUMO, je ne peux que vous donner raison ! C’est tellement mieux les conférences où l’on peut choisir sa place car on est seul dans la salle. Tellement mieux les expositions généalogiques où l’on peut déambuler dans les allées sans être gêner par quiconque !
Un vrai bonheur que les Rencontres Généalogiques où l’on retrouve les mêmes personnes qu’aux Assemblées Générales. D’ailleurs, des visiteurs inconnus pourraient paraitre louches : peut-être viennent-ils uniquement dans le but d’utiliser vos bases de données et remonter aisément leurs arbres généalogiques alors que vous avez besogné des années à faire tous les dépouillements des registres !

Nous avons fait le choix de ne diffuser que les phrases les plus malveillantes à notre égard, en prenant garde de corriger l’erreur systématique de Mr RUMO, qui persiste à nous appeler AgendaGéné. Imaginez le désarroi de ce Mr RUMO, si nous inversions nous aussi les syllabes de son patronyme !
Remarquez, qu’en ce premier jour du mois d’avril, cela serait très propos… Car vous l’avez compris, cette lettre n’a existé que dans ma féconde imagination.
Alain ROUAULT

3 pensées sur “Le courrier d’un râleur

  1. RICOIS Michel

    Bonjour les amis. Jean Marc me reconnaitra.
    Tous mes compliments pour la réponse à Mr RUMO.
    Je suis allé à Bazoches les Galerandes il y a une quinzaine de jours == on n’avait pas de mal à se compter !! Un vrai désert par rapport aux expositions d’il y a une dizaine d’années.
    Avec les archives départementales en accès sur internet gratuitement == il faut changer les rencontres généalogique et pour cela == il faut de la publicité avant les évènements. Il faut se faire connaitre très largement et gratuitement.
    Les gens qui veulent rester dans leur petit coins == il faut les laisser dans leur coin pour quelques temps.
    Il y a tellement de choses à faire !!!
    Les archives du Loiret l’on bien compris et ils ont beaucoup changé.
    Il y a une dizaine d’années, il y avait 15 ou 20 lecteurs de microfilms et il difficile d’en avoir un et pendant une heure seulement.
    Dernièrement il en restait 5 ou 6 avec 2 personnes dessus !!!! Internet est passé par la.
    Il faut suivre les innovations et les nouvelles technologies et les adhérents des associations. etc….

    Continuez comme ça, vous êtes dans la bonne direction.
    Merci pour toutes vos informations.
    Très amicalement.
    Michel

  2. Laudes

    J’ai bien aimé votre humour.

    Mais il va bien y avoir une personne bien intentionnée qui fera courir une douce rumeur sur vos moyens financiers illimités et vos sponsors.

    Pour les exposants aussi les temps sont durs. Nous avons choisi de limiter nos déplacements et de choisir 4 expositions ou rencontres par an, en évitant soigneusement les expositions parisiennes bondées.

    Pour nous, une rencontre généalogique doit aussi nous permettre de rencontrer les généalogistes confirmés qui se passionnent comme nous depuis tant d’années, mais aussi des débutants qui souhaitent être guidés pour leurs premiers pas. Nous apprécions aussi quand il y a des associations étrangères qui sont représentées.

    Pour être dans l’air du temps, on en arrivera un jour à la création d’un machin « indépendant », chargé de recenser le nombre de visiteurs, de vérifier si les stands faisaient bien le nombre de mètres carrés annoncé, si des vigiles ouvraient bien tous les sacs à l’entrée, s’il y avait bien un accès pour les handicapés et un interprête en langue des signes. Et pourquoi pas, pendant qu’on y est, un système de notation sur 5 étoiles ou avec des pouces verts et rouges, pour chacune des expositions.

    Je m’arrête, j’ai peur de râler.

  3. Alain ROUAULT Auteur de l’article

    Merci pour ce commentaire Mr ou Mme Laudes (nous n’avons pas d’information sur votre identité ni même sur l’association dont vous faites partie).
    Nous n’avons pas très bien compris vos propos sur les moyens financiers illimités et les sponsors. A Généagenda, nous n’avons aucun moyens financiers (ni aucune structure juridique d’ailleurs), et nous n’avons aucun sponsor. Nous avons juste pris la liberté de mettre un lien pointant vers nos sites professionnels, car avec le temps passé pour faire avancer la cause généalogique, cela nous semblait la moindre des choses.

Laisser un commentaire